Pour un meilleur rendu de ce site vous devez activer l'option Javascript de votre navigateur, ou autoriser le contenu bloqué par Internet Explorer Merci.

Réflexion : GBUST ! Quelle influence après 40 ans d’âge ?

GBUST ! Quelle influence après 40 ans d’âge ?
Tout d’abord, je voudrais exprimer toute notre reconnaissance et nos actions de grâces à Dieu le Père en vous invitant à chanter avec nous le Psaume 23 de David où il dit : « L’Eternel est mon berger ; … Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie, et je reviendrai dans la maison de l’Eternel Pour la durée de mes jours ».
Je compare la vie des GBUST et sa croissance depuis sa création jusqu’à nos jours à la vision qu’a eu le prophète Ezéchiel dans son chapitre 47.1-12 – un fleuve d’eau vive. Dans ce passage, le prophète voit un fleuve surgissant sous le seuil du Temple et coulant en direction de l’Est, quittant l’aire du sanctuaire juste au-dessous de la porte orientale extérieure. Longeant les rives, il en suit le cours. C’est d’abord un simple filet d’eau (v.3), qui devient bientôt un torrent profond (v.5). Sur cette terre précédemment déserte, poussent des deux côtes (v.7), des arbres de toutes sortes, produisant continuellement des fruits et des feuilles médicinales (v.12). L’eau est fraiche, adoucissant même les eaux de la Mer Morte et permettant aux poissons de se multiplier partout où elle coule (v.8-10). De cette belle et magnifique description tirée du résumé du Nouveau Dictionnaire Biblique sur ce chapitre, nous pouvons tirer plusieurs leçons intéressantes tant individuelles que collectivement voire sur le plan national dans le cadre de notre Mouvement, notamment au moment où nous nous efforçons de jeter un regard en arrière de façon critique en mesurant le chemin parcouru sans toutefois oublier les multiples grâces et progrès accomplis dans cette œuvre divine.

Dans 2 Cor 6.16, Paul déclare que : « …J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple ». En effet, Dieu a choisi de demeurer dans l’esprit de l’homme. Initialement, l’esprit humain devrait être le Saint des saints dans lequel le Dieu vivant établirait sa demeure. De cette assertion, l’on pourrait se demander quel serait le secret d’une vie abondante, comblée, une vie de constantes et passionnantes découvertes, une vie qui laisse une trace significative ? Cette vie pourrait être bien sûr la mienne, la vôtre, ou même la vie du GBUST. C’est seulement que nous nous abreuvons dans les ressources infinies et inépuisables du Saint Esprit de Dieu que nous aurons à produire de tels fruits abondants.

Revenons aux v.1-9 que nous vous invitons à relire une seconde fois. Ce passage nous fait penser à des paroles que Jésus a prononcées dans le livre de Jean 7.37-39, nous citons : « Le denier jour, le grand jour de la fête, Jésus debout s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à Moi et qu’il boive. Celui qui croit en Moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture. Il dit cela de l’Esprit qu’allaient recevoir ceux qui croiraient en Lui ».
C’est au fleuve d’eau vive que le chrétien vient se ressourcer. C’est indispensable pour sa vie. Ce fleuve mérite donc toute notre attention et notre considération au moment où nous faisons notre examen critique sur la manière dont nous avons œuvré dans le passé mais encore davantage lorsque nous allons jeter les nouvelles bases pour la nouvelle décennie du Mouvement. L’utilisation des mesures ici convient parfaitement à l’utilisation des moyens et méthodes que nous utilisons le plus souvent pour faire les évaluations de nos projets. Tirons quelques leçons essentielles suite à ce passage d Ezéchiel 47.1-12.

  • Notons la puissance de ce torrent décrit par le prophète Ezéchiel. Il devient rapidement assez profond pour que le prophète puisse nager dedans … ce fleuve impétueux est directement issu de Dieu. Notons que Dieu conduit son prophète pas à pas dans cette découverte surprenante. A cinq reprises, Ezéchiel souligne l’initiative de Dieu : « Il me ramena…, Il me fit sortir…, Il me fit faire le tour…, Il me fit traverser…, Quand Il m’eut ramené… » Posons-nous la question : Est-ce que Dieu nous conduit de la même façon ? Est-ce une expérience qui nous est familière ? Nous remarquons que chaque étape entraîne le prophète plus profondément dans le torrent. Est-ce aussi notre situation ? Pouvons-nous aussi la décrire brièvement ?
  • Ezéchiel commence d’abord par avoir de l’eau jusqu’aux chevilles. Cette expérience correspond à une connaissance superficielle de la grâce et de la puissance de Dieu dans la vie de l’individu, qu’il soit un chrétien à ses débuts ce qui est courant) ou d’un chrétien charnel comme cela est mentionné dans les Ecritures (lire Romains 8.1-13). De nombreux chrétiens, hélas ne tiennent pas beaucoup à aller plus loin mais se contentent de faire juste quelques petits pas dans la grâce de Dieu.
  • Le prophète avance encore un peu et l’eau lui arrive jusqu’aux genoux. A ce stade, Ezéchiel représente le chrétien qui ne se contente pas d’être né de nouveau, mais qui a faim et soif de connaître son Dieu, qui cherche sa face, qui aspire à une vie plus abondante.
  • Ezéchiel avance toujours et il a maintenant de l’eau jusqu’aux reins. Les eaux de l’Esprit commencent à le soulever. Dans l’Ecriture, les reins sont souvent symbole de force. Le prophète est arrivé au point où le siège de sa propre force est enveloppé dans les eaux de la puissance de Dieu. Il fait l’expérience annoncée par Zacharie : « Ce n’est ni par la puissance, ni par la force, mais c’est par mon esprit, dit l’Eternel des armées » (Zacharie 4.6) que la vie chrétienne peut être vécue.
  • Le prophète n’est pas encore allé aussi loin qu’il le peut. Il doit encore s’immerger dans le torrent des eaux vives : « C’était un torrent que je ne pouvais traverser, car l’eau était si profonde qu’il fallait y nager ; c’est un torrent qu’on ne pouvait traverser. » voici l’homme entièrement abandonné à Dieu. Il est plongé dans la grâce divine, porté par elle. Nous notons que ce torrent a une influence salutaire sur les terres qu’il traverse voir versets 7-9. Le pays est devenu fertile ; l’aridité et la stérilité ont disparu. Avons-nous déjà découvert le fleuve de l’Esprit ? Aussi longtemps que nous n’aurons pas plongé dans ce fleuve, la vie ne sera qu’une marche tâtonnante, jalonnée de déceptions et de défaites spirituelles. En revanche, quand nous nous immergeons dans ce torrent impérieux, quand l’Esprit coule abondamment en nous et à travers nous jusqu’à déborder, notre existence trouve sa vraie raison d’être.
  • Le prophète Ezéchiel avait compris cette leçon. Puissions-nous avoir pour objectif de devenir la ville de Dieu, le lieu de sa demeure perpétuelle, son temple d’où sort le fleuve de vie. Puissions-nous être immergés dans la vie de l’Esprit, savourer la fraicheur de ses profondeurs vivifiantes, découvrir son pouvoir de guérison pour notre vie présente et celle à venir.

Tels sont nos vœux les plus chers et nos prières pour vous en cette période de célébrations.

Votre frère Dr Granga Daouya.